Quels droits pour les robocitoyens?

By CBA/ABC National October 30, 201730 October 2017

Quels droits pour les robocitoyens?


L’Arabie saoudite est devenue le premier pays la semaine dernière à accorder la citoyenneté à un robot. Mais au-delà du coup publicitaire, l’annonce a ramené à l’avant-plan certaines questions politiques, juridiques et philosophiques.

L’annonce est survenue en marge d’une conversation entre Sophia, un robot créé par la compagnie de Hong Kong Hanson Robotics, et le journaliste Andrew Ross Sorkin, lors du sommet du Future Investment Initiative  à Riyadh. « Je suis honorée », a dit Sophia, qui se veut une réplique d’Audrey Hepburn. « C’est historique d’être le premier robot du monde à obtenir la reconnaissance d’une citoyenneté. »

La réaction des internautes a été rapide et cinglante. Sur les médias sociaux, plusieurs ont souligné l’ironie d’une telle citoyenneté accordée à un robot dans un pays où les femmes doivent sortir voilées et accompagnées d’un homme  – Sophia ne portait pas le voile et n’avait pas de chaperon –, ce qui a inspiré ce titre à la BBC : « Le citoyen robot de l’Arabie Saoudite a-t-il plus de droits que les femmes? »

Le risque que pose pour l’humanité une perte de contrôle sur l’intelligence artificielle a aussi été évoqué : « Vous avez trop lu Elon Musk », a répondu Sophia lorsque l’intervieweur l’a interrogé à ce sujet. « Ne vous inquiétez pas. Si vous êtes gentils avec moi, je serai gentille avec vous. Considérez-moi comme un système informatique intelligent. » Elon Musk n’a pas tardé à réagir : « Vous n’avez qu’à lui fournir Le Parrain comme donnée de base, a-t-il écrit sur Twitter. Quel est le pire qui pourrait arriver? »

La question plus large des droits – et obligations – à accorder à des robots intelligents a du coup été relancée. Cette question pourrait se poser de plus en plus, tandis que l’intelligence artificielle continue de se développer, au point de potentiellement dépasser l’intelligence humaine. Au Parlement européen, la possibilité de reconnaître une forme de personnalité juridique aux robots a récemment été évoquée. Quant à la citoyenneté accordée par l’Arabie saoudite, « est-ce que la citoyenneté de Sophia pourrait être maintenue par les tribunaux dans une sorte de précédent étrange qui reviendrait nous hanter dans une dizaine d’années? » a lancé, mi-figue mi-raisin, la publication spécialisée TechCrunch. « Seul le temps nous dira comment le droit international réagira à la montée de populations mues par l’intelligence artificielle, un avenir qui semble chaque jour plus susceptible de se concrétiser. »

Comments
No comments


Leave message



 
 Security code